Le format carré

Souvent rencontré au temps de l’argentique, le format carré est devenu plus rare sur les appareils photo numériques actuels qui ont imposé un format standard 4/3 ou 24x36.
Si les principes de base de la composition sont connus de tous les amateurs de photographie en ce qui concerne le format rectangulaire aujourd’hui le plus connu, qu’en est-il de ces mêmes principes pour le format carré que nous obtenons très souvent après un recadrage lors du post-traitement d’une photo dont le format initial était pourtant rectangulaire.
Le premier constat est que quel que soit le sens où l’on prend la photo, le carré reste un carré identique. Donc, là pas de soucis pour savoir si on utilise plutôt un cadrage vertical ou plutôt horizontal. Dès lors, à quel type de photos convient ce format ? En pratique, à tout ce qui permet d’échapper difficilement à l’équilibre parfait des proportions du carré. Cela limite de fait l’emploi d’un tel format, puisque rares sont les formes compactes, ramassées, n’ayant pas d’axe dominant. D’après le sens commun, dès qu’il y a un axe dominant, le format rectangulaire tantôt horizontal, tantôt vertical, sert mieux la composition générale de la photographie pour garder un certain équilibre d’ensemble.
Dans le format carré, le regard se porte inévitablement vers le centre de l’image de part sa symétrie parfaite, et là, la règle des tiers dans la composition pour le format rectangulaire, ne s’applique plus. La règle générale serait alors de centrer l’objet photographié, ce qui limiterait de fait l’utilisation d’un tel format. Aussi, la composition bien que souvent centrée reste libre pour ce format. La lecture de la photographie est ainsi libérée des contraintes basiques de la composition et permet au photographe lors de la prise de vue de ne pas tenir compte des limites de son viseur car recadrage il y aura par la suite en post-traitement s’il veut obtenir un format carré. Ainsi, on pourra utiliser ce format tout aussi bien pour tous les sujets ronds ou ayant une symétrie marquée, que pour les motifs ou les compositions informelles.
La seule possibilité d’introduire un dynamisme dans la composition semble être d’utiliser les diagonales qui vont d’un coin à l’autre de ce format. Est-ce alors dire que le format carré est ennuyeux ? Mon opinion personnelle est que justement parce qu’il ne subit pas les contraintes générales de la composition utilisées pour le format rectangulaire, le format carré donne une liberté certaine au photographe et que justement, il permet de contrecarrer les règles préétablies de la composition.
Aussi, je me sers personnellement très souvent dans mes photographies de rue, du format carré car ce type de photographies ne permet pas souvent de faire poser le sujet principal pour avoir une composition académique, et que c’est très souvent dans le post-traitement que l’on s’aperçoit des possibilités de l’image prise. Je reste ainsi en accord avec l’adage disant que « L’approche intuitive reste la norme chez les photographes ».

 

 

"La difficulté c'est de sortir de la photo unique, et de réaliser une série homogène jusqu'à ce que l'ensemble prenne forme et soit porteur de sens".
S.Hugues, RP n°181 S Avril 2007 p.62.

© Copyright 2010 - Visions Photographiques - Tous droits réservés - All rights reserved !

CopyrightFrance.coms

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site